CRYPTO-SCIENCE

Tout ce qui est caché du savoir commun.

L'Atlantide

08 avril 2016

cryptowebmestre

Les passionnés se posent régulièrement la question de l'emplacement ou simplement la réalité de l'Atlantide, parfois un livre sort pensant avoir trouvé l'emplacement, souvent un documentaire fait le point et résume toutes les hypothèses pour conclure pitoyablement que le mythe reste une histoire inventée par Platon. 

Ici on va approfondir avec des pistes scientifiques intéressantes et inédites à ma connaissance et qui nécessiteraient des investigations sur le terrain.

N'y allons pas par quatre chemins: Il y une probabilité que l'Atlantide soit l'actuel plateau sous-marin de Rockall dans l’Atlantique Nord dont seul un rocher isolé émerge aujourd’hui de l’océan.

Un évènement cataclysmique a englouti l’empire atlante devenu invisible sous la vase et les sédiments ... Voilà le décor planté ! 

Avant tout je remercierais le site rockallatlantis.com: Il m'a convaincu, mais paradoxalement il est avare d'informations mais néanmoins je tiens à le nommer ici car il est à l'origine de ma réflexion. Ce site internet affirme que l'Atlantide entre l'Islande et les îles anglo-irlandaises, est le plateau sous-marin de Rockall. D’un point de vue géométrique les dimensions correspondent correctement au texte de Platon, c'est à dire 3000 par 2000 «stades» soit environ 600 par 400 kilomètres de forme presque rectangulaire, c'est un élément capital et bien des chercheurs ont tendance à rapidement l’oublier, mais il est vrai que la source «platonique» des dimensions est unique et ne permet pas de recouper avec d'autres témoignages.

On ne rejette pas l’idée de l'Atlantide en d'autres lieux car s'il fut un empire il est normal que des traces de ses comptoirs ou colonies puissent être retrouvées. Reste la difficile tâche à savoir distinguer la «mère patrie» parmi tous ces sites, ce qui est tenté ici.


Rocher de Rockall en plein Atlantique Nord

Alors commençons par le début, Platon et ses prédécesseurs:

Je vous invite à lire ce réçit «Timée» :
(http://mercure.fltr.ucl.ac.be/Hodoi/concordances/platon_timee/lecture/6.htm)

Platon a rapporté ces faits de Critias son cousin qui tenait cette histoire de Solon, personnage grec qui lors d'un voyage dans l'Egypte antique rencontre des prêtres égyptiens instruits et ayant gardé la connaissance des temps anciens.

Du Timée on peut déjà faire quelques remarques: 

-Les prêtres égyptiens de Saïs l'informent que le monde d'avant a connu plusieurs cataclysmes et plusieurs déluges, avec à chaque fois une réduction des populations: «c’est que les corps qui circulent dans le ciel autour de la terre dévient de leur course et qu’une grande conflagration qui se produit à de grands intervalles détruit ce qui est sur la surface de la terre» et ils ajoutent: «et ne laissent survivre de vous que les illettrés et les ignorants, en sorte que vous vous retrouvez au point de départ comme des jeunes, ne sachant rien de ce qui s’est passé dans les temps anciens» (…) les survivants, pendant beaucoup de générations, sont morts sans rien laisser par écrit.

Les prêtres égyptiens pensaient être les seuls à avoir eu le témoignage de ce cataclysme grâce à des survivants ayant des connaissances avancées et bien sûr les seuls à hériter des connaissances des anciens. Les grandes pyramides étaient une merveille du monde antique qui témoignaient de leur prestigieux ancêtres.

Le Déluge et l'Atlantide sont donc intimement liés, les mythes et légendes sont nombreux, on ne va pas les citer tous mais quelque soit le continent, d'après le site racines.traditions.free.fr  :

«Il existe plus de mille mythes de déluges chez les divers peuples de notre globe mais la plupart se référeraient à des conditions locales. Cependant, les constantes suivantes se dégagent de leur étude : l’apparition d’un flambeau céleste, d’un démon cracheur de feu, le soleil qui s’éteint, les étoiles qui fondent et tombent sur la Terre comme du métal fondu. Ceci démontre la chute d’une météorite qui se serait divisé (au moins) en sept parties, tombées en sept régions du globe, chacune dans un explosion gigantesque mais, sans doute aussi, à des séismes et éruptions géants, accompagnés parfois de raz de marée (conditions locales).»

Solon connait cette histoire en 600 Avant JC. A cette époque le Timée dit que: «l’île Atlantide, s’étant abîmée dans la mer, disparut de même. Voilà pourquoi, aujourd’hui encore, cette mer là est impraticable et inexplorable, la navigation étant gênée par les bas fonds vaseux que l’île a formé en s’affaissant.

On en déduit que l'évènement a eu lieu 9000 ans avant Solon, l'Atlantide était encore un lieu vaseux de bas fond, on en reparlera lors de l'analyse scientifique. La date de l'évènement serait d'après Platon de 11600 ans.

Concernant le Déluge cela semble difficile aujourd’hui à admettre pour un scientifique mais voici comment cela a pu se passer: Le cas du cratère de Burkle est intéressant, il s’agit d’une hypothèse de travail d’un groupe de scientifiques internationaux appelé Groupe de travail de l’impact de l’Holocène. Ils pensent qu’il y a 5000 ans un gros astéroide de 30 km tombe dans l'océan à l’est de Madagascar. Il n’est pas interdit que plusieurs autres aient frappé la mer ou la terre.

Dans tous les cas ils émettent la possibilité que l’impact ait pu soulever des milliards de tonnes d’eau et de roches pour retomber à des milliers de kilomètres sous forme de déluge d’eaux, de vapeurs, d’eaux chaudes, de roches en fusion, etc…

Expliqué comme cela, le mythe du Déluge devient scientifiquement acceptable. De même on s’aperçoit que contrairement à ce qu’on entend souvent, Jupiter ne nous protège nullement des impacts d’astéroïdes ou comètes car il semble bien qu’il y en ait eu beaucoup plus qu’on ne le pense. Le site de Justin A. Warmkessel fait une liste vingt-quatre impacts d'il y a 16300 ans à maintenant ! Donc il y a eu un impact autour de la date de 13000 ans, c'est celui qui nous intéresse.

De nos jours après la fonte des glaces:

Nous vivons dans une période au climat relativement tempéré à l’échelle de la planète, mais il y a eu d’après les paléoclimatologues une période bien plus froide, la période glaciaire précédente qu’on appellera «Tardiglaciaire» d’environ 11000 ans à 8000 ans avant notre ère (cf. Larousse encyclopédique) sans chercher la précision car la plupart des auteurs et chercheurs donnent des dates quelque peu différentes et de toute façon comme on le verra plus loin, le réchauffement était engagé mais l'évènement cataclysmique à donné un coup fatal et accélérateur.

Graham Hancock que je salue au passage (ayant lu ses remarquables ouvrages traduits en français) s'est intéressé aux civilisations englouties et ce passionné d'archéologie sous-marine a parcouru la planète pour plonger sur les fonds marin anciennement à l'air libre et observer les restes d'anciens royaumes submergés, il a relevé un nombre important de sites intéressants ou d'artéfacts intriguants et dont la conclusion indique qu'il y a un énorme quantité de découvertes qui reste à faire sur les côtes dans les faibles profondeurs (jusqu’a 120 mètres)

Il y a également un travail qu’il reste à compléter: Connaître le tracé des côtes sur la période envisagée du cataclysme tout en tenant compte de «l'isostatie». C’est un phénomène de rebond postglaciaire qui est un ajustement de la croûte terrestre en fonction des masses au-dessus, cela peut être les milliards de tonnes d’une calotte glaciaire mais aussi d'un océan, d'un lac, d'un delta sédimentaire, etc…

Des chercheurs de l’université de l’État de l’Ohio viennent de rendre public les résultats de leurs mesures conduites avec les 50 stations GPS du réseau GNET au Groenland pendant l’année 2010, ils ont mesuré un réhaussement du Groenland jusqu’à 20 millimètres en cinq mois tout simplement dû à la fonte des glaces.
(http://www.futura-sciences.com/magazines/terre/infos/actu/d/terre-groenland-localement-eleve-2-cm-fondant-2010-35342/)

Lors de la fonte des glaces, l'équilibre isostatique a été rompu, la zone glaciaire devenant libre, la croûte terrestre allégée du poids de la glace monta, très rapidement au début pour ralentir petit à petit et aujourd'hui encore l'effet continue encore mais plus lentement. Les courbes de niveau en bleu sur la carte ci-dessus indiquent les taux de remontée de la lithosphère continentale depuis la dernière période glaciaire, taux indiqués en mm/année. Au centre du bouclier canadien, on a des taux qui atteignent les 10 mm (1 cm) annuellement. S'il y a remontée sur l'ensemble du bouclier, à l'opposé il y a, en réaction, un enfoncement au pourtour du bouclier (centre des USA et côtes de la Nouvelle-Angleterre),  avec des valeurs de -2 mm/année (courbes vertes).

Les côtes étaient plus basse que de nos jours. Une formidable épaisseur de glace couvrait pratiquement tout le Canada, son poids était tel que la croûte terrestre était marquée de sa présence c'est un peu, pour imager la chose, la déformation que pourrait avoir un matelas à eau quand vous êtes allongé dessus, vous vous enfoncez au milieu tandis que les bords s'élèvent. Il est remarquable de voir que la baie d’Hudson correspond à la zone de plus grande remontée, donc on peut en déduire que ce fut la ou la glace était la plus épaisse.

Et c’est là que c’est très intéressant pour comprendre la catastrophe de l’Atlantide:

A aucun moment un scientifique se hasarde à imaginer un scénario catastrophe avec un effet isostatique violent. 

Imaginons que l’inlandsis nord-américain avait des grand lacs en cours de fonte sur son toît, et que celui-ci à un moment donné a commencé à se vidanger à cause de la chute de la comète que l'on appelle «Comète des Clovis» du nom des peuples nord-américains qui ont disparu à cette période ainsi que la faune.
La violence du choc a pu fracturer l'inlandsis qui commençait déjà à fondre, d'ailleurs comme l'ont dit les prêtres égyptiens,  l'astroblême ou la comète avait plusieurs morceaux, donc de multiples impacts est encore plus probable. Si il y a eu un anneau d'éjectas brûlant, il est certainement plus facile de penser qu'en de multiples lieux, le fracas des glaces et roches scellait le destin du monde. 
L’est de la baie d’Hudson est parcouru par des centaines de kilomètres de drumlins, traces d'une érosion importante d'un lac qui s'est vidangé très rapidement, le déluge d'eau a commencé a soulevé et déplacé des pans entier de banquises et de boues et avec un fracas cataclysmique pour ouvrir une brèche gigantesque qui a pu atteindre des centaines que kilomètres de large. Comment imaginer ensuite les mouvements isostatiques ? On peut envisager un allègement et un soulèvement soudain de la baie d’Hudson de peut-être un mètre par heure, une vidange du lac de plusieurs dizaines de mètres par jour, peut être suis trop prudent et c’est bien plus que cela ?

Dans tous les cas, les effets sont cataclysmique: Apport massif dans l’atlantique nord, d’eau , de glaces, de boues, de roches, d’immenses tsunamis, une montée mondiale du niveau des océans, une grande majorité de failles sismiques dormantes se réactivent vu les énormes tensions et mouvements tectoniques que cela engendre. Le volcanisme suit, j’imagine sans peine que les volcans islandais ainsi que le rift nord atlantique a recraché des milliards de tonnes de roches, laves et gaz. Dans les zones du pourtour de l’inlandis c’est donc un enfoncement des sols sous-marins soudain et rapide; des tsunamis en contre-coup, des séismes, du volcanisme.

Mais il y a également un phénomène démultiplicateur : L'ajout du poids d'une colonne d'eau supplémentaire à la masse d'eau déja existante agrave et démultiplie l'appui sur la croûte terrestre. Une triple sanction que l'on résume par :
-Une montée des eaux à cause du déversement des lacs glaciaires, glaces et limons et roches qui se jettent dans les océans.
-Un rééquilibrage isostatique violent.
-L'effet de colonne d'eau qui accentue l'appui sur la croute terrestres et enfonce encore plus le plateau à cause de son pourtour abyssal devenant plus profond donc plus lourd.

Graham Hancock qui développe aussi cette théorie isostatique parle de 8 mètres d'eau en 24h sur toute la planète, c'est pas rien et partout le poids des eaux supplémentaires ont pu réveiller les failles sismiques en de multiples lieux. Les athéniens parlaient de tremblement de terre dans leur pays.

Une autre conséquence à cela: Rappelez vous les trois derniers grands séismes ont tous déplacé de quelques centimètre l’axe de la Terre. Celui du Japon qui a crée la catastrophe de Fukushima aurait déplacé l’axe de la Terre de 10 cm. Alors imaginez ce qu’il s'est passé en ces temps-là, car si vous déplacez un peu de matière sur une toupie, elle cherche et reprends un nouvel axe d’équilibre. Ce cataclysme a surement déplacé l'axe de rotation de la Terre sur une grande distance.

(A suivre...)

Lire la suite de L'Atlantide

Aucun commentaire

Le missile M-51 est le nouveau missile balistique tiré des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins français. Au-dela de la polémique politique le concernant, ce missile innove quand à la forme de sa coiffe. On y distingue un « mât ».

Les explications trouvées jusqu'ici restent évasives sur la fonction du mât surplombant la coiffe. Effectivement la coiffe est bien large et n'a plus la forme classique en ogive, elle permet un gain de place évident mais n'est pas vraiment aérodynamique.

Au-dessus le mât se termine par une sorte de disque plat, les missiles Trident américains ont également ce mât visible sur les photos.

Les informations glanées ici et là tendent à indiquer à un simple système réducteur passif de trainée.

Mais le disque possède des orifices ou des buses sur la tranche dont on ne connait pas d'informations sur sa fonction. Cela semble indiquer un système actif et il peut s'agir de moteurs fusées pour diriger plus efficacement l'engin, mais également d'une injection d'un plasma gazeux, qui a la double fonction de protéger l'engin d'une attaque par faisceau à énergie dirigée et éventuellement d'améliorer la pénétration dans l'atmosphère (mais devient inutile au fur et à mesure de la prise d'altitude). Mais peut également améliorer la furtivité du missile en absorbant les ondes électromagnétiques des radars.

Une chose remarquable est de voir que des photos d'OVNI dans le cas d'engins supposés extraterrestres ont au moins pour deux d'entre elles, ce genre de mât, qui ressemble fortement à ceux de nos missiles surtout que les OVNI de forme discoidale volent dans le sens de l'axe central, et non pas dans le sens de la tranche, c'est ce que rapportent les témoignages.

L'observation et la collecte de données ou la rétroingénierie par des scientifiques militaires permettent la suprématie technologique.
C'est l'exemple magistral de la retombée militaire qui montre que les OVNIs sont un sujet sérieux et qui resteront dans le domaine du très secret défense jusqu'à nouvel ordre.

 

Ci-dessous en 1954 près de Rouen (photo du haut) et McMinnville en Oregon en 1950:

Quelque temps avant cet article est apparu une spirale au dessus du Moyen-orient, À Tel-Aviv, Téhéran, Damas ou Amman est apparue dans le ciel, aux environs de 19 h 45, une spirale de lumière tourbillonnante le jeudi 7 juin 2012. En même temps qu'un tir d'essai parti de Russie, un missile Boulava modifié fut lancé par un sous-marin russe en Méditerranée 

Lors d'un tir de missile testé précédemment, la toute première spirale fut une perte de contrôle du vol mais cela a montré un truc inédit: Les gaz d'échappement ont fait un écran radar, avec le plasma des gaz éjectés. Du coup les autres tirs spiralés furent la mise au point d'une version de missile brouilleur contre le bouclier radar américain. Le missile tournoie en diffusant des nanoparticules qui sont facilement ionisées soit par des installations au sol soit naturellement faisant alors un «paravent géant» de plasma absorbant les ondes radars. Partent ensuite les missiles nucléaires qui traverseront ce bouclier prenant par surprise les radars ennemis. La surprise ne vient pas de la décision d'attaquer, mais de prévoir la destination des têtes nucléaires, car elles sont visible aux radars du NORAD qu'après être sorti de ce voile de gaz interdisant au bouclier antimissile de calculer les trajectoires d'interceptions car trop près, trop tard. Voici donc un autre façon d'absorber les ondes radars, non plus à l'échelle du missile mais dans un grand volume de l'espace aérien. Les russes ont -de facto- rendu le bouclier antimissile des USA complètement inefficace et ramène la dissuasion nucléaire à son rôle premier.
On a une déclaration de Poutine qui dit que les russes vont plancher sur des systèmes de frappes pouvant percer n'importe quelle défense anti-missile: En langage diplomatique "c'est déjà opérationnel": 

Heureusement car si les USA avait réalisé ce bouclier antimissile global très couteux, alors la tentation de tirer les premiers était possible, en sachant que la contre attaque russe sera détruite.

 

Aucun commentaire

L'arnaque climatique.

20 juillet 2015

cryptowebmestre

 

Deux articles de deux auteurs pour démontrer l'ineptie du carbone dans le réchauffement climatique récent.

 
 Réchauffement climatique :  l’effet de serre remis en question
Conférence-débat avec François Gervais

http://www.solidariteetprogres.org/climat-effet-de-serre-en-question.html

Professeur émérite à l’Université François Rabelais de Tours,
médaillé du CNRS et primé par l’Académie des Sciences, il a récemment été choisi comme rapporteur critique par le GIEC

----- * -----

"Climat, 15 vérités qui dérangent"
Istvan Marko et Al.
 
István Markó a quitté son laboratoire pour les feux de la rampe. Cet infatigable travailleur a pris la direction scientifique des « 15 vérités qui dérangent » pour dénoncer l’alarmisme climatique. Depuis des années, ce chimiste de l’Univertsité Catholique de Louvain utilise le CO2 pour améliorer notre quotidien ; pas pour en dénoncer les supposés ravages.

La suite sur ContrePoint Entretien avec un homme modeste, arrivé en Belgique dans une valise en carton:

 

Lire la suite de L'arnaque climatique.

2 commentaires